Comment la vitamine D protège du cancer ?

Comment la vitamine D protège du cancer ? La vitamine D peut offrir une protection contre les cancers, selon un étude, mais les experts sont divisés à savoir si les individus devraient commencer à prendre des suppléments.

La vitamine D joue un rôle important dans le corps, y compris dans la santé osseuse et la force musculaire et dans la prévention de problèmes tels que le rachitisme. Elle est produit lorsque la lumière du soleil frappe notre peau, mais peut également être trouvé dans certains aliments tels que les œufs et les poissons gras, et peut être pris comme un supplément.

Des chercheurs au Japon disent que des niveaux plus élevés de vitamine D sont liés à un risque plus faible de cancer, en particulier le cancer du foie. « Nous pensons que la vitamine D a un effet peut-être faible mais bénéfique sur de nombreux cancers », a déclaré Taiki Yamaji, co-auteur de l’étude du Centre des sciences de la santé publique du Centre national du cancer de Tokyo.

Ce n’est pas la première étude à suggérer que les personnes ayant un faible taux de vitamine D pourraient être exposées à un certain nombre de cancers, mais les preuves sont loin d’être claires, certaines études suggèrent un tel effet et d’autres suggèrent des effets protecteurs contre certains cancers.

La dernière étude visait à dépister le problème. L’équipe a examiné les niveaux de la forme biologiquement active de la vitamine D dans les échantillons de sang prélevés sur plus de 30 000 individus d’âge moyen dans les centres de santé au Japon au début des années 1990. Les participants ont été suivis sur une période moyenne de 16 ans.

Les chercheurs ont basé leur analyse sur les données de 3 301 participants ayant développé un cancer après s’être inscrits à l’étude et de 4 044 participants choisis au hasard, dont 450 ont développé un cancer.

Selon les scientifiques, la vitamine D pourrait aider à freiner le cancer du sein. Comparativement au quart de participants ayant les plus faibles taux de vitamine D. Le quart ayant les taux les plus élevés affichait un risque de cancer inférieur de 22%. L’équipe dit qu’il n’y avait pas de différence dans l’effet de la vitamine D selon le sexe des individus étudiés.

En ce qui concerne les cancers spécifiques, l’équipe a constaté un risque de cancer du foie inférieur de 50%, une fois que le régime a également été envisagé, pour le groupe ayant les taux de vitamine D les plus élevés par rapport au plus bas.

Un effet plus faible a été trouvé pour le cancer du sein préménopausique, mais il n’y avait aucun lien clair pour d’autres cancers, y compris le cancer du poumon, le cancer colorectal, le cancer de la prostate ou le cancer du sein dans son ensemble.