WhoMadeWho revient avec Dynasty

Quand le groupe de dance expérimentale WhoMadeWho est apparu avec ‘Space for Rent’ au milieu des années 2000, l’heure était venue pour une révolution musicale : la musique de club se transformait en rock et vice-versa, et le trio de Copenhague se retrouvait à la tête d’un mouvement international qui puisait sa source à la fois dans l’indie, la techno, la pop, et à peu près tout ce à quoi on peut penser. Depuis, le monde a changé et le groupe avec lui, mais l’idée reste la même : il existe un groupe à l’énergie débordante, en constante évolution, qui n’a pas peur de repousser les limites – Gomma, Kompakt et Get Physical ainsi que des concerts dans le monde entier étant là pour le prouver.

De retour avec ‘Through the Walls’, un sixième album quatre ans après le succès critique de ‘Dreams’, WhoMadeWho a confectionné une odyssée sonore à la fois épique, sincère, plantant et tonitruant. Coproduit avec Kenton Slash Demon, le nouvel album de WhoMadeWho voit Jeppe Kjellberg, Tomas Barfod et Tomas Høffding incorporer de nouveaux modes de créativité, de songwriting et de production. C’est probablement l’album de WhoMadeWho le plus cohérent, mais aussi le plus novateur ; le testament de trois musiciens marginaux au sommet de leur art.

A quoi ressemble le nouvel album de WhoMadeWho

Le premier single, ‘Dynasty’ est une virée sex-positive d’une joyeuse mélancolie, décrite par Høffding comme : « Une chanson sur le sexe. » D’un autre côté, ‘I Don’t Know’ voit Kjellberg dévier vers un registre vocal plus bas, celui-là même qui a coloré le son du groupe depuis une bonne décennie. ‘Neighbourhood’ s’ouvre sur des synthés un peu trance, pour ce que Kjellberg décrit comme « un trip dans le désert. » Sans surprise, la collaboratrice de longue date de Tomas Barfod, Nina Kinert, apporte sa voix sur l’hymne ‘Through the Walls’, tandis que ‘Surfing on a Stone’ voyage vers un territoire ambiant, voyage qui s’achève dans une synth-wave à la Vangelis. L’impact est immédiat, et c’est bien ce qui était voulu. Et puis il y a ‘Crystal’, message d’une dimension alternative pleine de basses et de la production novatrice de Tomas Barfod. Comme il le dit : « On fait simplement de la musique, et on voit où elle nous emmène. Tout ce qu’on sait, c’est que ça ne finit jamais comme on l’avait prévu ! »

WhoMadeWho revient avec Dynasty