Pussycat Dolls : j’étais dans un réseau de prostitution

Pussycat Dolls : j’étais dans un réseau de prostitution

Depuis l’affaire Harvey Weinstein, de nombreuses personnalités féminines du showbiz prennent la parole et dénoncent le harcèlement qu’elles auraient subi. Ainsi, une ex-chanteuse du groupe Pussycat Dolls, Kaya Jones, s’est emparée de son compte Twitter pour déclarer que ledit groupe était ni plus ni moins un véritable réseau de prostitution!

Depuis l’affaire Harvey Weinstein, de nombreuses femmes prennent la parole pour dénoncer le harcèlement sexuel qu’elles subissent, qu’elles soient des célébrités ou des anonymes, par le biais de Twitter à coup de hashtag #balancetonporc. La dernière en date à avoir dénoncé ses pratiques est une ex du groupe Pussycat Dolls, Kaya Jones.

Connues pour leurs tubes « Don’t Cha » ou « Stickwitu » , les Pussycat Dolls envahissent les ondes à travers le monde au milieu des années 2000. Alors que le groupe ait été dissous depuis, Kaya Jones a décidé de prendre la parole sur son compte Twitter pour déclarer que les Pussycat Dolls constituaient un véritable réseau de prostitution.

En effet, la jeune femme affirme sur son compte Twitter, que les responsables qui géraient les activités du groupe se faisaient beaucoup d’argent et qu’elles devaient coucher avec les personnes qu’on leur présenté. De plus, pour éviter que l’affaire ne surgisse, Kaya Jones dénonce des menaces qu’elle aurait reçu afin de la dissuader d’en parler. La jeune femme termine en avançant par ailleurs qu’elle connait autant d’hommes que de femmes dans le showbizness qui ont été abusés par des élites hollywoodiennes.