Découvrez pourquoi vos cheveux ne poussent plus comme avant

Qui ne voudrait pas d’une magnifique crinière de cheveux longs et épais? Mais parfois, il peut sembler une tâche herculéenne de faire pousser vos cheveux. Certains parmi nous doivent également compter avec un amincissement ou une chute des cheveux. Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi les cheveux cessent de pousser, nous avons les avantages de ce phénomène troublant.

Normalement, les cheveux sur le cuir chevelu ne poussent pas continuellement. Chaque follicule pileux passe par une phase de croissance appelée phase anagène au cours de laquelle il s’allonge et passe ensuite en phase télogène où il se repose. Habituellement, un cheveu reste dans la phase anagène pendant environ 2 à 4 ans, puis dans la phase télogène pendant environ 2 à 4 mois avant de tomber. À tout moment, environ 85 à 90% des cheveux de la tête se trouvent dans la phase anagène ou en croissance et le reste dans la phase télogène. Ce cycle entraîne normalement la perte d’environ 100 cheveux par jour. Chaque follicule pileux traverse cette phase de croissance avant de faire une pause et de devenir inactif pendant un court instant. Le cycle reprend alors à nouveau. Mais de nombreux facteurs peuvent perturber cet équilibre et empêcher vos cheveux de pousser normalement. Examinons de plus près certaines d’entre elles.

1. génétique

Tout comme la couleur des cheveux, la longueur et l’épaisseur de vos cheveux sont également régies par vos gènes. Chez certaines personnes, les cheveux ont naturellement une phase de croissance plus longue, alors que chez d’autres, ils cessent de pousser plus tôt. Ainsi, si vous avez gagné à la loterie génétique, vos cheveux risquent de pousser plus longtemps. Par exemple, les Asiatiques ont généralement une phase de croissance anagène ou de croissance plus longue que les Caucasiens, tandis que les Afro-Caraïbes ont un taux de croissance deux fois moins rapide que celui des Caucasiens.

2. vieillissement

Le vieillissement change vos cheveux. Bien sûr, nous savons tous que vos cheveux perdent leur pigmentation et deviennent gris. Mais cela peut aussi ralentir la croissance des cheveux et réduire la taille des mèches de cheveux. De nombreux follicules pileux peuvent également cesser de croître avec l’âge.

3. Alopecia Areata

L’alopécie areata est une maladie auto-immune dans laquelle votre système immunitaire attaque par erreur les cellules des follicules pileux, ce qui entraîne la chute des poils en plaques. Dans certains cas, les cheveux peuvent même tomber complètement (alopécie totale). On pense que la génétique joue un rôle dans le développement de cette maladie. Il a également été constaté que les personnes souffrant de rhume des foins, de vitiligo, de syndrome de Down, d’anémie pernicieuse, de maladie de la thyroïde et d’asthme couraient un risque plus élevé de développer une alopécie areata. Dans plus de 90% des cas, les cheveux repoussent et les taches chauves disparaissent d’elles-mêmes en moins de 12 mois. Les médecins peuvent également recommander des médicaments ou une photothérapie pour traiter cette affection.

4. Calvitie héréditaire

La calvitie héréditaire est considérée comme la cause la plus courante de perte de cheveux. C’est le résultat d’une combinaison du processus de vieillissement, des taux d’hormones et de la génétique. Chez les personnes atteintes de cette affection, le cycle normal de la croissance des cheveux est modifié en raison de l’influence de la testostérone, une hormone masculine, ce qui entraîne une perte de cheveux et une réduction des cheveux.

Avec le temps, la croissance des cheveux peut cesser complètement dans certaines parties du cuir chevelu. Chez les hommes, cela se traduit par un schéma typique de perte de cheveux au sommet ou par une ligne de front en recul, tandis que chez les femmes, la perte de cheveux peut être plus diffuse.

5. Stress physique ou psychologique

Un choc physique ou psychologique peut déclencher une affection appelée effluvion télogène. Chez les personnes atteintes de cette maladie, plus de cheveux sont poussés prématurément dans la phase télogène. Lorsque cela se produit, environ 30% de vos cheveux cessent de pousser et passent à la phase de repos (au lieu de 10% dans des conditions normales). Un stress psychologique sévère ou d’autres facteurs qui stressent votre corps, tels qu’une opération chirurgicale, un traumatisme physique important, une perte de poids extrême, une infection grave, une forte fièvre ou une maladie peuvent déclencher un effluvium télogène. La condition ne dure généralement pas plus de 6 mois.

6. Changements hormonaux

Des changements hormonaux soudains, tels que ceux observés pendant la grossesse et la ménopause, peuvent également déclencher des effluvions télogènes. Mais la perte de cheveux associée à ces événements disparaît généralement en 6 à 24 mois. Les fluctuations hormonales associées au syndrome des ovaires polykystiques peuvent également conduire à une perte de cheveux.

7. Problèmes de thyroïde

Les problèmes de thyroïde peuvent également causer la perte de cheveux. Votre glande thyroïde produit l’hormone thyroïde qui régule de nombreuses activités, y compris votre métabolisme. Les hormones thyroïdiennes insuffisantes (hypothyroïdie) et les hormones thyroïdiennes excessives (hyperthyroïdie) peuvent affecter la croissance des cheveux et entraîner leur chute. Vous remarquerez peut-être aussi d’autres symptômes associés à la maladie de la thyroïde s’ils sont à l’origine de votre perte de cheveux. L’hyperthyroïdie peut entraîner une perte de poids, des battements de coeur irréguliers, de l’anxiété, une augmentation de la transpiration, la diarrhée et une faiblesse musculaire, tandis que l’hypothyroïdie peut entraîner une paresse, une constipation, une sensation de froid, une moins grande transpiration, un gain de poids, une voix enrouée et un visage bouffi.

8. Certains médicaments

De nombreux médicaments, y compris les pilules contraceptives, les bloqueurs des canaux calciques, les rétinoïdes, les bêta-bloquants, certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), certains antidépresseurs, etc., peuvent entraver la croissance des cheveux et entraîner leur chute. Si vous constatez que vos cheveux s’éclaircissent après le début d’un nouveau médicament, consultez votre médecin pour savoir si le médicament pourrait en être la cause.

9. Carences nutritionnelles en fer, protéines, zinc ou biotine

Les carences nutritionnelles peuvent également entraver la croissance des cheveux. Et la recherche indique que la carence en fer peut être un facteur qui entraîne la perte de cheveux. Si vous souffrez d’une carence en fer, vous pouvez également présenter des symptômes tels que des ongles cassants, des fissures au coin de la bouche, de la fatigue, un essoufflement et des mains et des pieds froids. Une carence en zinc, en biotine ou en protéines peut également entraîner une perte de cheveux. Ces carences sont généralement observées chez les personnes qui suivent un régime restrictif ou qui présentent des problèmes médicaux pouvant entraîner une malabsorption des nutriments.

10. Infections du cuir chevelu

Les infections fongiques du cuir chevelu peuvent provoquer la rupture des cheveux à la surface du cuir chevelu et entraîner une perte de cheveux inégale. Vous pouvez également avoir des zones de démangeaisons, gonflées et rougies sur le cuir chevelu si vous avez une infection fongique. Ceci peut être traité avec un médicament antifongique.

11. Coiffures et traitements dommageables

Porter des cornrows, des tresses, des rallonges de cheveux et même des queues de cheval serrées peut tirer vos cheveux et les faire casser. L’utilisation à long terme de ces coiffures peut même endommager les follicules pileux et entraîner une chute permanente des cheveux. Les produits chimiques durs et la chaleur extrême peuvent également endommager les cheveux et provoquer leur rupture avant qu’ils n’atteignent toute leur longueur.


Découvrez pourquoi vos cheveux ne poussent plus comme avant